Accueil Jeu Equipe Contact



Dans le monde de Kaltulah, chaque niveau enferme un membre du peuple de Tulah qu'il a statufié. Si Luuma y parvient, Kaltulah le libère et donne accès au niveau suivant.
Chaque niveau contient également un morceau de masque que Luuma a la possibilité de récupérer avant de se diriger vers la statue.
Ces morceaux de masque appartiennent au masque brisé de Taori, chef du clan de la terre.
Ils sont plus difficiles à atteindre que les statues. Si le joueur collecte tous les morceaux de masque, il aura accès à des niveaux bonus.
Des autels en l'honneur de Kaltulah sont disposés dans tous les niveaux.
Luuma est invitée par son dieu à prier devant ces autels pour racheter l’infidélité de son peuple. Il la récompense alors en lui donnant accès à certains chemins auxquels elle n'avait pas accès avant.
Pour faire une prière en faveur du dieu, le joueur doit appuyer sur l'écran.
Cependant, un inconnu déjà passé par là a ensorcelé les autels pour leur donner un pouvoir et a semé le désordre dans les niveaux de Kaltulah. Grâce aux messages laissés par cet inconnu, vous comprendrez que vous pouvez utiliser la force donnée aux autels pour modifier la gravité de cet univers étrange.
Pour cela, le joueur n'a qu'à retourner sa tablette lorsqu'il se trouve devant un autel.
Mais Kaltulah ne supporte pas que le joueur effectue une action hors de son contrôle. Il devient furieux lorsque Luuma se sert de la rotation.
Pour la peine, il donne vie à ses pièges.
Kaltulah ne pardonne Luuma que si elle effectue une prière à un de ses autels. Il retire alors tout ce qu'il a activé avant.


En résumé :
Luuma peut honorer Kaltulah et avoir accès à certains chemins, ou aller à son encontre en retournant sa tablette et accéder à d'autres chemins, plus dangereux.


Kaltulah

Kaltulah est le dieu des jeux et de l’amusement, la divinité suprême du peuple des Tulahas. Sports physiques, jeux d’enfants, jeux de hasard, jeux de stratégie, tous les jeux auxquels jouent les hommes ont été enseigné par lui.
Il observe souvent ceux qui s’amusent et n’hésite pas à se joindre à eux quand l’envie lui en prend ou qu’il voit qu’une équipe est injustement défavorisée. Parfois, certaines personnes exceptionnellement douées dans un jeu sont invitées à rejoindre sa demeure pour jouer avec lui indéfiniment. C’est considéré comme un très grand honneur auquel tout le monde cherche à accéder.
Kaltulah est un dieu très expressif, qui n’hésite pas à se mettre en colère quand quelqu’un brise les règles d’un jeu. Si la faute est grave, il convoque également le tricheur en sa demeure pour le soumettre à un jeu d’une autre sorte, beaucoup plus dangereux. Si le fautif réussit l’épreuve sans tricher, il est pardonné et renvoyé chez lui. Si au contraire il échoue, Kaltulah le change en pierre et le garde dans sa demeure, où il est condamné à observer les jeux jusqu’à ce qu’un des joueurs accepte de le délivrer.
Cependant, cela fait très longtemps qu’il n’est plus apparu à son peuple.


Luuma

Luuma vient du clan de la lune, le clan nomade. C’est la gardienne des histoires : son rôle est de se souvenir de toutes les histoires, contes, légendes, mythes de son peuple et de les transmettre pour qu’elles ne sombrent pas dans l’oubli.
Tous les soirs lorsqu’elle et sa troupe se trouvent dans un village, elle raconte aux villageois une histoire différente que les autres membres du clan mettent en scène comme une pièce de théâtre. Lorsque des villageois connaissent bien l’histoire que Luuma raconte, ils se joignent parfois à la représentation.
En tant que gardienne des histoires, c’est à elle d’en récolter de nouvelles. Elle passe beaucoup de temps à rencontrer les villageois pour leur demander les rumeurs, les nouvelles, les exploits récents de leurs voisins, toutes les histoires un peu étranges dont ils ont entendu parler. Lorsqu’elle et son clan voyagent d’un village à l’autre, elle part souvent explorer les plaines, les forêts et les montagnes et trouver de nouvelles choses à raconter. Quand elle juge qu’une histoire mérite de rejoindre sa chronique, elle la retranscrit dans un journal, dont elle se sert également comme un carnet de voyage afin de garder une trace de toutes ses étapes. C’est une jeune fille un peu solitaire, qui passe du temps loin des siens.


Aúk

Aúk est apparu un jour dans la Capitale, la grande ville au centre du pays des Tulahas. Il vient d’une autre contrée, dans laquelle les hommes font la guerre et répandent la violence. Lorsqu’il est arrivé dans ce pays pacifique où règnent les jeux, il a voulu prévenir ses habitants de la menace que leurs voisins faisaient peser sur eux. Hélas, il est passé totalement inaperçu. Personne ne l’écoutait vraiment ni ne lui prêtait attention, car les Tulahas n’avaient aucune raison de s’inquiéter : ils avaient un dieu et quatre esprits protecteurs qui veillaient sur eux.
Alors Aúk, bien décidé à être écouté, est allé à la rencontre des esprits. A Arkhol, l’esprit gardien des forêts et de la terre, il a montré les hommes du clan de la terre qui coupaient de plus en plus d’arbres pour construire leurs maisons ; l’esprit s’est mis en colère et s’est détourné des hommes pour s’enfermer dans sa demeure. Puis Aúk a convaincu Mendree, l’esprit du feu aux folles ambitions, de réveiller le Volcan ; Mendree attend à présent son heure pour faire éclater toute sa puissance. Niifa, l’esprit de l’eau qui chasse dans les brumes, a été la plus difficile à atteindre ; mais il l’a corrompue comme on corrompt une rivière : en versant quelques gouttes de poison à sa source, quelques paroles qui ont altéré son cœur et lui ont montré les hommes comme des proies dignes d’être chassées. Enfin, Aúk est parti trouver Enid, l’esprit de l’air ; il n’a pas été très difficile pour lui de détourner l’esprit volatile de son clan et de changer le vent doux en blizzard glacial. Quant à Kaltulah, le dieu des jeux, cela fait déjà bien longtemps qu’il ne s’est pas montré à son peuple.
Lorsqu'il est revenu vers les Tulahas et s’est à nouveau présenté à eux, les gens, désespéré par la situation, ont enfin commencé à le remarquer et à l’écouter. Ils se sont tournés vers lui et l’ont déifié. Sous son impulsion, ils ont commencé à prendre les armes et à apprendre à se battre, oubliant les jeux et la paix qu’ils avaient maintenus si longtemps. Kaltulah a fini par s’apercevoir que ses fidèles l’avaient abandonné et qu’ils se préparaient à la guerre à cause de Aúk. Dans sa fureur, il a décidé de tous les enfermer dans son univers, où les jeux sont éternels. Mais il n’est pas si facile d’enfermer quelqu’un comme Aúk…


Les clans Tulahas

Le peuple des Tulahas se divise en cinq clans, qui possèdent chacun leur esprit protecteur et leurs spécialités au sein de la société. Ils vivent dans des villages séparés situés dans des régions bien différentes, mais une grande capitale construite sur la presqu’île au centre du pays leur permet de se retrouver souvent, d’échanger des nouvelles et de commercer entre eux.


Le peuple des Tulahas

Les Tulahas étaient un peuple pacifique, pour lequel le jeu était loi. Il n’y avait pas de guerre, pas de conflit, tout se résolvait en jouant. Leur dieu suprême, Kaltulah, était à l’image de cette philosophie : bon enfant, il ne vivait que pour la joie que ses jeux apportaient à son peuple. Seuls ceux qui brisaient les règlent attiraient sa colère.
Mais cela fait longtemps que Kaltulah n’est pas apparu à ses fidèles…


Le mythe de Kaltulah

Les mythes racontent que Kaltulah est apparu à une époque lointaine, où les hommes ne formaient pas encore un peuple uni. Ils se battaient entre eux pour tout : les territoires, la nourriture, même l’amour, comme des animaux.
Kaltulah venait d’un autre monde, un monde à lui dans lequel il était seul. Comme il s’ennuyait, il décida un jour de se rendre dans le monde des hommes afin de trouver des compagnons de jeu. Cependant, il ne vit que des êtres qui passaient leur temps à se quereller. Alors le dieu comprit que s’il voulait jouer avec les hommes, il faudrait d’abord leur enseigner à vivre ensemble. Il ne pouvait pas le faire seul pourtant, car les hommes refusaient de l’écouter.
Il parcourut donc le pays à la recherche de ceux qui pourraient l’aider : il rencontra les cinq esprits de la nature qui vivaient là et parvint à les convaincre de se joindre à lui. Ils apprirent aux hommes à travailler la terre et le métal, à construire et à chasser, à tisser et à chanter, et surtout à mettre en commun le fruit de leur travail. Les dissensions demeuraient pourtant, les hommes ne parvenaient toujours pas à s’entendre ; mais en recevant les enseignements des esprits, ils apprenaient aussi à s’ouvrir aux autres. Ils étaient prêts à écouter Kaltulah.
Alors celui-ci leur montra les jeux, comment ils pouvaient apaiser leurs conflits et apporter la joie et la bonne humeur à tous. Les querelles se turent et les hommes, pour la première fois, commencèrent à vivre en harmonie et devinrent un peuple. En remerciement aux esprits qui leur avaient enseigné le travail et les arts, les hommes sculptèrent cinq masques : ils représentaient le respect que portaient les hommes aux esprits et à la nature qu’ils protégeaient. Cinq gardiens des masques furent désignés, qui devaient s’assurer que la bonne entente des hommes et des esprits ne faillirait jamais. Ils devinrent les chefs des cinq clans que l’on connait à présent. En l’honneur de Kaltulah et de la paix qu’il apporta aux hommes, ils prirent le nom de Tulahas, « les gens de Kaltulah ». Ils bâtirent une grande cité pour célébrer leur nouveau dieu, dans laquelle règnerait toujours le jeu et qui ne connaîtrait jamais les conflits. C’est ainsi que l’ère du jeu advint et perdura jusqu’à nos jours.

Extraits du journal de Luuma


Game Trap - 2014